Le voyage d'Ethylène | THE MOBY HORROR PLASTIC SHOW, par Isabelle Camus
15870
single,single-post,postid-15870,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
 

THE MOBY HORROR PLASTIC SHOW, par Isabelle Camus

MobyDick_apercu

THE MOBY HORROR PLASTIC SHOW, par Isabelle Camus

 

MobyDick

On m’appelle Moby Dick. Ce nom, familier pour certains, je l’ai hérité d’un ancêtre lointain au destin célèbre dont la fin, semble t-il, restera pour toujours un mystère.

Comme mon aïeul, je suis un cétacé. Et comme lui, je suis un cachalot. Autrement dit une baleine à dents, ce qui me distingue de la baleine bleue, blanche, grise ou à bosse qui elle a des fanons. Mais qu’importe ! Tous les deux nous sommes des géants. Bien plus que les éléphants. Des géants dont l’univers sont la mer et l’océan.

Animaux de légende, mi-divins mi-monstrueux pour les hommes qui depuis toujours nous craignent, nous traquent et nous exploitent, nous vivons entre le ciel et l’eau que nous partageons avec les dauphins, les narvals, les requins ou les orques.

Plonger pendant plus d’une heure en apnée à 2 000 m de profondeur ne me fait pas peur et mes petits pèsent à la naissance déjà près d’ une tonne.

De quoi effrayer ces mammifères comme j’en suis un aussi, ces êtres soit-disant pensants, qui, à l’évidence, pour compenser leur petitesse n’ont de cesse de détruire, de régenter, de saccager tout ce qui les entoure, à commencer par eux-même.

Je m’appelle Moby Dick et moi, l’héritier du grand cachalot blanc dont on fit une légende, je n’en ai plus pour longtemps. Affamé, affaibli, suffoquant, échoué sur une plage de la côte Atlantique, je suis en train de mourir… Le ventre rempli de sacs plastique.

Texte écrit par Isabelle Camus

Illustration : Sevan Selvadjian

 


 

L’auteur : Isabelle Camus

Serial bloggueuse, Isabelle Camus est par exemple la fondatrice de la Jugeote, de What a biotiful World et de Chartrons’ place to be et au-delà.